Pollution : Mère Nature en danger!

Une pollution en constante augmentation

pollution nature danger lasantepourtous.com

 

L’homme a commencé à vraiment polluer la planète à partir du XIX° siècle avec l’essor de l’industrie et de la chimie.

 

 

  • l’utilisation des énergies fossiles (charbon, gaz naturel, pétrole) en très grandes quantités 
  • la pétrochimie(plastiques, fibres textiles, cosmétiques, médicaments, emballages, détergents…) 
  • le gaz de schiste en Amérique du Nord
  • les pesticides pour une agriculture intensive
  • la déforestation
  • les mégapoles et une hurbanisation à outrance sur tous les territoires
  • la demande des pays émergents Chine et Inde qui bouste l’industrie pétrochimique
  • un modèle de société basée sur la surconsommation.

Tout cela contribue à une augmentation significative de la pollution de notre belle planète.

Qu’en est-il des ressources de notre terre ?

  • Le pic de Hubbert(pic pétrolier) se situe selon les estimations vers 2030. C’est à dire qu’à partir de cette date, la production de pétrole commencera à décliner. Pour ma part, j’aurai préféré qu’il se situe en 1980 comme ça l’homme se serait tourné plus rapidement vers les énergies renouvelables. Dommage!!!
  • Les ressources minérales comme l’acier diminuent suite à l’expansion de la sidérurgie chinoise.
  • l’eau potable devient une denrée rare des causes de la pollution, des pesticides, agriculture intensive
  • l’alimentation avec 7,55 milliards de bouches à nourrir et plus de 10 milliards à la fin du siècle

Alors, notre mère nature est -elle en danger?

Le 2 août 2017, l’être humain avait consommé toutes les ressources naturelles que la terre peut renouveler en une année.

Chaque année cette date fatidique nommée jour du dépassement arrive plus tôt dans le calendrier. Les jours de dépassement des 45 dernières années :

  • 23 décembre 1970
  • 03 novembre 1980
  • 13 octobre 1990
  • 04 octobre 2000
  • 03 septembre 2005
  • 28 août 2010
  • 13 août 2015

En 2030, le jour du dépassement pourrait tomber le 28 juin.

Pour conclure, si nous ne changeons pas nos modes de vie et de consommation des ressources de notre bien aimée planète Terre, j’ai comme dans l’idée que nous ne survivrons pas à nous-même.

Ce qui est préjudiciable, c’est que des dommages collatéraux vont concerner beaucoup d’espèces vivantes qui partagent notre sol.

Mais je suis convaincu qu’après nous, mère nature saura renaître et repartir sur de bonnes bases.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.